Animer un atelier de désintoxication de la langue de bois (DVD SCOP Le Contrepied)

Nouveau produit

Les manipulations du langage dans nos relations institutionnelles (CAF, Pôle emploi…), politiques (média, vie politique…) et surtout professionnelles (management, protocoles, démarche qualité, évaluations, compétences…) modifient notre perception du monde et nos métiers, pour les détruire… Identifions les manipulations, exerçons-nous à les déconstruire, pour imaginer les résistances collectives.

Plus de détails

9,48 €

Fiche technique

Type articleDVD

En savoir plus

Ne vous y fiez pas : ceci n’est pas un simple DVD « outil » pour vous permettre d’animer un atelier. On y retrouve la patte d’Aurélien Blondeau, déjà réalisateur du DVD « Porteurs de Paroles » : il nous invite à découvrir cette proposition inventée par les coopératEurs de l’ex-SCOP Le Pavé, suite à la présentation de la conférence gesticulée Inculture(s) 1 de Franck Lepage.

C’est une réflexion globale sur la manière dont les communicants, les médias, les « managers » et les politiques fabriquent et utilisent les mots (ceux qui nous permettent de penser) afin d’annihiler toute critique, tout espoir d’alternative. Pour mieux nous manipuler et nous soumettre.


Et sur une méthode jubilatoire, conscientisante et émancipatrice pour nous réapproprier le langage et, ainsi, renforcer notre pouvoir d’agir et de lutter.

L’atelier de désintoxication de la langue de bois se déroule généralement sur trois heures. (une journée c’est mieux)
L’idée est de vérifier collectivement que nous ne sommes pas dupes individuellement. Il en ressort une jubilation et un effet de libération. Nous ne sommes pas dingues quand nous trouvons que de monter des « projets » du matin au soir n’est pas la définition du bonheur. Encore faut-il se le dire ensemble.

Les catégories de la langue de bois

Dans l’atelier, on vérifie ensemble les principes actifs (qu’un participant, un jour, a baptisé des"psycho-virus") des différentes catégories de la langue de bois : euphémismes, oxymores, sigles, anglicismes, etc...et la façon dont ils modifient notre perception de la réalité, et notre façon d’agir.

  • Les faux amis : Que se passe-t-il dans nos têtes quand on appelle un chef du personnel un « directeur des ressources humaines (effacement et dissimulation des hiérarchies...ou quand on nous parle de "réforme" (qui anonce donc une stagnation voire un recul, c’est à dire le contraire d’une réforme) ?) »
  • Les enjoliveurs : Que se passe-t-il dans nos têtes quand on appelle un balayeur un « technicien de surface », ou une caissière une « hôtesse de caisse pour ne pas parler des ambassadeurs du tri !!! »
  • Les technicisateurs : Quand on appelle un clochard un « Sans domicile fixe », puis un simple « SDF » (une désignation technique remplace une désignation sociale et nous empêche de penser politiquement le problème) ?
  • Les anglicismes : Quand on appelle un contremaître un « coach »
  • Les antiphrases : Quand on appelle un licenciement collectif un « plan de sauvegarde de l’emploi »
  • Les oxymores : Quand on appelle l’inégalité « l’égalité des chances (soit c’est l’égalité, soit c’est les chances...il faut choisir, l’égalité des chances est la définition même de l’inégalité !!! ou encore Quand on appelle la fragilisation « la flexisécurité »
  • Les euphémismes : Quand on appelle les pays pauvres les suds ou les expulsions des procédures d’éloignement ou encore des massacres de civils un dégât colatéral »
  • Les sigles  : Quand on appelle une tentative de suicide une T.S. ou qu’on travaille dans le CUCS pour l’ANRU en contrat? CAE »
  • Les métonymies : Quand on fait passer un aspect d’une personne pour la totalité de cette personne : un RMIste, un alzzheimer... »
  • Les pléonasmes : Et d’abord le plus crétin d’entre tous : quand on appelle la soumission du lien social? (que serait du lien qui ne serait pas social ? on se demande...ou le plus mensonger : la démocratie participative qui est en réalité une forme d’aveu, ou en tout cas un mensonge »
  • Les faux ennemis : Quand on appelle les cotisations patronales qui sont en réalité nos amies, pour des charges sociales »
  • Les hyperboles : Quand on appelle un retard à la sncf ou une grève une prise d’otage »
  • etc

Nous analysons ensuite d’où viennent ces mots, qui ne tombent pas du ciel mais sont élaborés dans des officines ultra libérales que l’on appelle des think tanks, http://fr.wikipedia.org/wiki/Think_tanks, et dont la fonction est de faire passer dans les opinions publiques le projet totalitaire marchand né aux USA après guerre, de suppression de la totalité des services publics et la marchandisation/privatisation de toutes les fonctions sociales.

Le think tank le plus connu et le plus dangereux pour l’Europe est l’OCDE, dont une radio de service public comme France Inter s’obstine chaque matin à nous dire : "selon les experts de l’OCDE". Contrairement à l’université ou au CNRS, l’OCDE n’est pas constituée d’experts, mais d’économistes ultra libéraux. Si on trouve que ça fait un peu trop théorie du complot, on peut lire l’excellent livre de Keith Dixon : les évangélistes du marché. http://teratoblog.wordpress.com/2008/04/29/keith-dixon-les-evangelistes-du-marche/

etc.

Un DVD de la SCOP Le Contrepied

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Animer un atelier de désintoxication de la langue de bois (DVD SCOP Le Contrepied)

Animer un atelier de désintoxication de la langue de bois (DVD SCOP Le Contrepied)

Les manipulations du langage dans nos relations institutionnelles (CAF, Pôle emploi…), politiques (média, vie politique…) et surtout professionnelles (management, protocoles, démarche qualité, évaluations, compétences…) modifient notre perception du monde et nos métiers, pour les détruire… Identifions les manipulations, exerçons-nous à les déconstruire, pour imaginer les résistances collectives.

4 other products in the same category:

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...