Post-Vérité. Pourquoi il faut s'en réjouir (Manuel Cervera-Marzal)

1871 OK

Nouveau produit

En retraçant la généalogie de cette notion, ce livre soutient une thèse forte : la première vertu d’un citoyen est de savoir mentir, de déformer la réalité afin de la transformer. Et si la post-vérité – et son frère jumeau : le populisme – étaient une chance pour renouveler la démocratie ?

Plus de détails

12,50 € TTC

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison prévue : 04/04/2019

Fiche technique

Type articleLivres

En savoir plus

Pour expliquer la montée des forces populistes – Trump, le Brexit, le Front national, Orban… – les experts invoquent l’avènement de la « post-vérité ». Ce concept connaît une inflation galopante, couronnée par le titre de « mot de l’année 2016 » décerné par le prestigieux Dictionnaire d’Oxford, lequel définit ainsi la post-vérité : « Des circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles. »

 Ceux qui utilisent la notion de « post-vérité » considèrent que le monde est entré dans une nouvelle ère au cours des années 2000 : l’empire des fake news. Cette ère se caractérise selon eux par la multiplication des contre-vérités outrancières professées par les dirigeants politiques (séquence inaugurée par le flacon de Colin Powell) et par l’indifférence des peuples à l’égard de la vérité. Extrémisme, complotisme et populisme seraient les preuves irréfutables que la vérité est en train de s’éroder.

Faut-il croire cette analyse ? Pas selon Manuel Cervera-Marzal.

En retraçant la généalogie de cette notion, ce livre soutient une thèse forte : cessons de craindre l’avènement de la « post-vérité ». Car la première vertu d’un citoyen est de savoir mentir, de déformer la réalité afin de la transformer. Et si la post-vérité – et son frère jumeau : le populisme – ne constituaient pas une menace pour la démocratie mais, au contraire, la possibilité de sa régénération ?

 

Manuel Cervera-Marzal est philosophe et sociologue, chargé de recherches au FNRS (Belgique) et post-doctorant à l’Université d’Aix-Marseille. Il est l’auteur de six ouvrages, parmi lesquels Pour un suicide des intellectuels (Textuel, 2016) et Les nouveaux désobéissants : citoyens ou hors-la-loi ? (Bord de l’eau, 2016). Il mène actuellement une étude comparée de trois partis politiques européens : Podemos, la France Insoumise et le Parti du Travail de Belgique.

Editions Au bord de l'eau. 115 pages. Paru en janvier 2019.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Post-Vérité. Pourquoi il faut s'en réjouir (Manuel Cervera-Marzal)

Post-Vérité. Pourquoi il faut s'en réjouir (Manuel Cervera-Marzal)

En retraçant la généalogie de cette notion, ce livre soutient une thèse forte : la première vertu d’un citoyen est de savoir mentir, de déformer la réalité afin de la transformer. Et si la post-vérité – et son frère jumeau : le populisme – étaient une chance pour renouveler la démocratie ?

30 other products in the same category: