Je n'aime pas la police de mon pays - L'aventure du bulletin "que fait la police" ? (1994 - 2012)

OK

Nouveau produit

Dans un pays où la police parle bien plus de ses droits que de ses devoirs, quel espace de liberté peut bien subsister pour les citoyens? Ces droits revendiqués par les policiers ne peuvent que signifier, le renoncement à la critique quant à la qualité de leurs activités. Lorsque la parole du policier ne peut être réfutée, c'est toute la liberté d'expression qui se trouve mise en cause.

Plus de détails

6,64 €

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison prévue : 18/11/2019

Fiche technique

Type articleLivres

En savoir plus

"Dans un pays où la police parle bien plus de ses droits que de ses devoirs, quel espace de liberté peut bien subsister pour les citoyens? Ces droits revendiqués par les policiers ne peuvent que signifier, parallèlement, le renoncement à la critique quant à la qualité de leurs activités. Lorsque la parole du policier ne peut être réfutée, c'est toute la liberté d'expression qui se trouve mise en cause.
Il est nécessaire que des témoins ou des observateurs se fassent entendre. C'est k rôle qu'a tenté de jouer, depuis k printemps 1994, l'Observatoire des libertés publiques et son bulletin mensuel Que fait la Police ? Avons-nous réussi à décrire les aspects malfaisants de la police et à sensibiliser les esprits ? Peut-être pour une minorité. Sans doute pas pour le plus grand nombre. Est-ce une raison pour renoncer ? Sans doute pas !"

Auteur : Se définissant comme historien de la répression, Maurice Rajsfus, né en 1928, a publié La Police de Vichy (Le Cherche Midi), Drancy, un camp de concentration très ordinaire (Le Cherche Midi), L'Intelligence du barbare (éditions du Monde libertaire).

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Je n'aime pas la police de mon pays - L'aventure du bulletin "que fait la police" ? (1994 - 2012)

Je n'aime pas la police de mon pays - L'aventure du bulletin "que fait la police" ? (1994 - 2012)

Dans un pays où la police parle bien plus de ses droits que de ses devoirs, quel espace de liberté peut bien subsister pour les citoyens? Ces droits revendiqués par les policiers ne peuvent que signifier, le renoncement à la critique quant à la qualité de leurs activités. Lorsque la parole du policier ne peut être réfutée, c'est toute la liberté d'expression qui se trouve mise en cause.

30 other products in the same category: