Les séquestrés d'Altona (Jean-Paul Sartre)

1871

Nouveau produit

Une grande pièce contre la torture, la notion de culpabilité, la responsabilité collective... et la dernière pièce de Sartre.

Plus de détails

8,53 €

Fiche technique

Type articleLivres

En savoir plus

Un commentaire de la pièce vu sur le site Babelio :

La pièce Les Séquestrés d'Altona est la dernière oeuvre théâtrale écrite par Jean-Paul Sartre et elle a été représentée pour la première fois en 1959. Quel plaisir pour moi de la relire et de me replonger dans mes anciennes notes d'étude et de lecture !
Cette pièce est ancrée dans L Histoire et l'actualité ; même si l'action se situe dans l'Allemagne nazie, après la Seconde Guerre mondiale, il s'agit pour l'auteur de dénoncer et de condamner les tortures perpétrées par les Français en Algérie ; il a lui-même déclaré en 1965 : " J'ai écrit Les Séquestrés d'Altona pendant la guerre d'Algérie. A cette époque on commettait là-bas en notre nom d'inexcusables violences et l'opinion française, inquiète et mal informée, ne réagissait guère. C'est ce qui m'avait donné le besoin de présenter la torture sans masque et publiquement. Point de thèse : il me paraissait qu'il suffisait de la montrer nue pour la faire condamner ". 


La transposition en Allemagne donne une portée universelle à la pièce en mettant en lumière la répétition de l'Histoire tandis que le choix d'une période encore dans les mémoires insiste sur le fait que tout le monde est engagé et responsable de ce qui se passe.

Cette pièce est complexe ; les personnages sont ambivalents, ambigus et évoluent dans une ambiance sombre. C'est ce qu'on peut appeler un drame bourgeois, mais particulièrement long, trop sans doute pour une représentation. C'est une pièce à lire, plus qu'une pièce à voir.
Le serment du début est une parodie qui d'emblée sème le doute dans l'esprit du lecteur ou du spectateur. Par la suite, nous verrons que les personnages sont incapables de communiquer entre eux, que les couples sont mal assortis (Johanna et Werner) ou incestueux (Frantz et Léni). le thème du mensonge est récurrent tout au long de la pièce. 
Frantz est une allégorie de la folie : il communique avec des personnages imaginaires et fantastiques à la nature indéfinie, hybride, mi hommes, mi crabes. À travers eux, il s'exprime et témoigne d'une histoire où il a lui-même été acteur. Il lui arrive même de s'identifier à eux. le crabe devient symbole de déraison avec sa démarche en biais. Sartre reconnaît que Frantz est une voix de l'écrivain et le définit ainsi : " mon principal personnage est un ancien officier allemand, auquel j'ai prêté beaucoup (le courage, la sensibilité, la culture, une morale puritaine) et qui prétend avoir été jusqu'au crime pour sauver son pays d'un danger mortel. Son acte est d'autant plus condamnable : on peut lui trouver des explications, pas une seule excuse. D'autre part sa séquestration volontaire, l'empressement qu'il met à se mentir et sa prétendue folie - qui n'est qu'un vain effort pour s'embrumer l'esprit - tout prouve qu'il a depuis longtemps pris conscience de son crime et qu'il s'épuise à se défendre devant des magistrats invisibles pour se cacher la sentence de mort qu'il a déjà portée sur lui-même". 
Le Père, avec une majuscule, représente le type même du Pater familias ; c'est un véritable chef qui règle tout militairement, par la crainte et la fascination. Il est autoritaire, attaché à des valeurs obsolètes, mais également castrateur, empêchant toute liberté d'action sous des dehors protecteurs. Dans la pièce, il mène le jeu, comme un dramaturge intra-diégétique.
Johanna est l'épouse et la belle-fille : étrangère à la famille et à la maison, elle est moins facile à manipuler même si elle n'échappe pas au destin tragique de la fratrie. Elle sert de révélatrice ; sa prise de conscience porte les événements à la connaissance du public ; elle pose les bonnes questions.


Léni personnalise la passerelle entre la complexité de la pièce et les spectateurs ou lecteurs ; elle donne des clés d'interprétation ; il n'est pasanodin que son prénom soit l'anagramme du mot " lien ".
Werner, quant à lui, illustre la soumission au père, l'obéissance passive, le respect filial inconditionnel. Pourtant, son bureau moderne donne une image de la reconstruction de l'Allemagne, comme un sas entre l'enfermement familial et le monde extérieur.
Sartre utilise l'espace de la scène et les décors avec originalité ; les didascalies sont développées et précises. Ainsi, la chambre de Frantz a des allures de cellule mais avec un désordre trahissant le luxe bourgeois. La salle de bain devient l'endroit où on se cache comme dans un vaudeville. La pendule joue un rôle de dérèglement essentiel.


La division de l'espace met en lumière la difficulté des échanges ; les portes sont closes entre le salon du rez-de-chaussée et la chambre de l'étage. le salon illustre le cadre " bourgeois conventionnel " et conservateur par excellence avec son luxe factice ; la chambre symbolise l'univers désintégré de la folie. 


Les jeux de lumière sont importants dans tout le déroulement de la pièce.
Le thème de la claustration est récurrent : tous les personnages sont en effet enfermés dans la maison de famille et donc dans la cellule familiale, sauf le Père qui peut voyager à Leipzig pour les besoins de son entreprise ; le Père veut les retenir même après sa mort en les faisant s'engager par la parole donnée au début. Quant à Frantz, il est en état de séquestration volontaire, forme minimale de survie. de plus, la configuration de la famille, particulièrement asphyxiante est l'occasion pour Sartre de proposer une critique de l'univers étouffant des familles bourgeoises en montrant surtout les conséquences désastreuses du comportement paternel. 


La littérature critique rapproche naturellement Les Séquestrés d'Altonadu nouveau théâtre et d'auteurs proches de Ionesco ou Beckett en se basant notamment sur les contrastes dans les décors, sur la question de l'enfermement et sur la satire des valeurs bourgeoises et familiales. Ma formation plus classique m'entraine plutôt à rapprocher cette pièce de la tragédie : unité de lieu, de temps et d'action, cinq actes… une prédestination puisque rien ne peut plus être tenté pour réparer la faute commise, que la mort du Père est annoncée dès le début de la pièce… un choix " cornélien " pour Frantz (mettre en danger ses soldats ou torturer des partisans).


Pour conclure sur cette oeuvre magistrale, j'ai bien envie de reprendre la démarche didactique de Sartre en le citant : " aucun de nous n'a été bourreau mais, d'une manière ou d'une autre, nous avons tous été complices de telle ou telle politique que nous désavouerions aujourd'hui. Nous aussi nous nous fuyons et nous revenons sans cesse à nous demander quel rôle nous avons joué - si petit qu'il ait été - dans cette Histoire qui est la nôtre, que nous faisons et qui déchire et dévie des actions que nous devons pourtant reconnaître pour les nôtres. [...] comment les magistrats invisibles - nos petits fils - nous jugeront-ils ? En ce sens, Frantz, cas limite, fuyard qui se questionne implacablement sur ses responsabilités historiques devrait, si j'ai de la chance, nous fasciner et nous faire horreur dans la mesure même où nous lui ressemblons ". 


Il s'agit bien pour l'auteur de mettre en lumière une culpabilité collective, notre proximité avec des monstres, de montrer le rôle que chacun tient dans le théâtre du monde, de réfléchir non seulement sur notre responsabilité dans L Histoire mais aussi sur l'effet de l'Histoire sur nos comportements, et peut-être sur sa possible absurdité. 

Une autre critique, sur critique-livre.fr :

Dernière pièce du subversif Jean-Paul Sartre, les séquestrés d’Altona est une œuvre qui, je dirais, est la meilleure des pièces de l’auteur. Comment parler de l’après-guerre sous un autre angle? Et bien, Jean-Paul Sartre l’a su et c’est en présentant la chute psychologique d’un soldat allemand (Frantz), le fils aîné, pourchassé par les nazis pendant la guerre comme déserteur et par les anti-nazis comme collaborateur du régime de Hitler. Tout le monde le croit en fuite au bout du monde mais celui-ci vit caché dans les combles de la maisons familiale depuis la fin de la guerre. Son père mourant souhaite le voir une dernière fois mais celui-ci refuse et reste enfermé dans sa chambre, n’entretenant que des relations (particulières)  avec sa sœur Leni…

Une pièce fantastique qui dénonce les nombreux paradoxes de la société allemande de l’après guerre : parmi les pires collaborateurs figuraient des gens en apparence respectable, des industriels n’ayant aucun lien avec les nazis, pour qui la guerre n’était qu’une période comme une autre pour faire de bonnes affaires. Autre point que Jean-Paul Sartre traite, celui de la résistance: mais à quel prix? Il me semble qu’il faut prendre pour réponse la folie (simulée)  de Frantz qui  par sa désertion et ses actes anti-nazis l’ont tout bonnement fait sombrer. De plus, Sartre dénonce implicitement les actes de torture.

Un livre qu’il faut absolument lire; cependant avec une certaine distance pour bien comprendre l’implicite. Ceci étant, Les séquestrés d’Altona reste un livre sublime qui invite à une réflexion profonde sur l’égoïsme de la guerre. Il est tout de même étrange de s’attacher autant aux personnages bohèmes de Jean-Paul Sartre, à croire que, nous lecteurs, sommes aussi dérangés que les protagonistes des œuvres de l’auteur!

Gallimard poche, 378 pages.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Les séquestrés d'Altona (Jean-Paul Sartre)

Les séquestrés d'Altona (Jean-Paul Sartre)

Une grande pièce contre la torture, la notion de culpabilité, la responsabilité collective... et la dernière pièce de Sartre.

30 other products in the same category: