La violence nazie. Une généalogie européenne

OK

Nouveau produit

Les camps d'extermination sont l'aboutissement d'un long processus de déshumanisation et d'industrialisation de la mort, amorcé par la guillotine et qui a progressivement intégré la rationalité du monde moderne, celle de l'usine, de la bureaucratie, de la prison. Il n'est pas inutile de se rappeler que l'horreur nazie a une histoire, commencée bien avant Hitler et nullement achevée à ce jour...

Plus de détails

12,32 €

Fiche technique

Type articleLivres

En savoir plus

“Les lois nazies de Nuremberg étaient choquantes dans l’Europe des années trente dans la mesure où elles frappaient un groupe émancipé depuis un siècle, parfaitement intégré dans la société et dans la culture allemande, mais elles avaient déjà été envisagées par l’ensemble des puissance coloniales comme des mesures normales et naturelles à l’égard du monde non européen.” Enzo Traverso le rappelle brillamment, dans cet essai limpide, la violence nazie a une généalogie, qui n'est pas spécifiquement allemande, et un laboratoire, l'Europe libérale du XIXe siècle. Les camps d'extermination sont l'aboutissement d'un long processus de déshumanisation et d'industrialisation de la mort, amorcé par la guillotine et qui a progressivement intégré la rationalité du monde moderne, celle de l'usine, de la bureaucratie, de la prison. On peut trouver les origines culturelles du nazisme dans le " racisme de classe " qui triomphe après la Commune, dans le discours impérialiste sur l'" extinction des races inférieures " visant à légitimer les génocides coloniaux, enfin dans l'émergence d'une nouvelle image du juif- axée sur la figure de l'intellectuel - comme métaphore d'une maladie du corps social. Le nazisme réalisera la convergence entre ces différentes sources matérielles et idéologiques. Auschwitz se révèle ainsi - et c'est là que réside, selon Enzo Traverso, sa singularité - comme la synthèse d'un ensemble de modes de pensée, de domination et d'extermination profondément inscrits dans l'histoire occidentale.

Extrait : “Il ne s’agit pas de gommer la singularité de la violence nazie en l’assimilant tout simplement aux massacres coloniaux. Il s’agit plutôt de reconnaître qu’elle fut perpétrée au milieu d’une guerre de conquête et d’extermination entre 1941 et 1945, conçue comme une guerre coloniale au sein de l’Europe. Une guerre coloniale qui empruntait largement son idéologie et ses principes – mais avec des moyens et des méthodes bien plus modernes, puissants et meurtriers – à celles menées tout au long du XIXe siècle par l’impérialisme classique. Si les victimes de la « Solution finale » incarnaient l’image de l’altérité dans le monde occidental, objet de persécution religieuses et de discriminations raciales depuis le Moyen Age, les circonstances historiques de leur destructions indiquent que cette stigmatisation ancienne et certes particulière avait été revisitée après l’expérience des guerres et des génocides coloniaux. Le nazisme réalisait la rencontre et la fusion entre deux paradigmatiques : le Juif, l’« autre » du monde occidental, et le « sous-homme », l’autre du monde colonisé.”

Extrait : “Dans la culture occidentale du XIXe siècle, colonialisme, mission civilisatrice, droit de conquête et pratiques d’extermination étaient souvent des synonymes. Une vaste littérature, tant scientifique que populaire, faite d’ouvrages savants, de revues anthropologiques, de récits de voyage, de romans et de nouvelles adressées aux couches cultivées comme aux classes laborieuses, propageait le principe du droit occidental à la domination mondiale, à la colonisation de la planète et à la soumission, voire à la destruction des « peuples sauvages ».”

Extrait : “L’idée que la civilisation implique la conquête et l’extermination des « races inférieures » ou « nuisibles», la conception instrumentale de la technique comme moyen d’élimination organisées de l’ennemi n’ont pas été inventées par le nazisme, elles constituaient un « habitus mental » de l’Europe depuis le XIXe siècle et l’avènement de la société industrielle.”

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

La violence nazie. Une généalogie européenne

La violence nazie. Une généalogie européenne

Les camps d'extermination sont l'aboutissement d'un long processus de déshumanisation et d'industrialisation de la mort, amorcé par la guillotine et qui a progressivement intégré la rationalité du monde moderne, celle de l'usine, de la bureaucratie, de la prison. Il n'est pas inutile de se rappeler que l'horreur nazie a une histoire, commencée bien avant Hitler et nullement achevée à ce jour...

30 other products in the same category: