De l'esclavage aux réparations, les textes clés d'hier et d'aujourd'hui (Louis-Georges Tin, postface Patrick Farbiaz)

Nouveau produit

La traite négrière fut un crime contre l'humanité. La loi Taubira votée en 2001 le reconnaît et prévoit des réparations. Mais l'article qui en parlait fut écarté en commission des lois. Un souvenir de 1849, quand, au lendemain de l'abolition de l'esclavage, des indemnités furent votées mais au bénéfice des anciens propriétaires d'esclaves...

Plus de détails

5,00 € TTC

Fiche technique

Type articleLivres

En savoir plus

La traite négrière fut un crime contre l'humanité. La loi Taubira votée en 2001 le reconnaît et, à ce titre, prévoyait des réparations. Mais l'article qui en parlait fut écarté en commission des lois. Pourtant, la question n'était pas totalement nouvelle en France. Ainsi, en 1849, au lendemain de l'abolition de l'esclavage, des indemnités furent votées mais au bénéfice des anciens propriétaires d'esclaves. Cet ouvrage rassemble quarante textes majeurs sur ce thème des réparations, de Condorcet à Desmond Tutu, en passant par Martin Luther King, Malcolm X, Frantz Fanon ou Aimé Césaire. La question est fortement débattue dans plusieurs pays mais, chez nous, on ne veut pas en entendre parler. De fait, c'est le premier livre en France sur le sujet : il a pour but de briser un tabou. Constituée et présentée par Louis-Georges Tin, maître de conférences à l'université d'Orléans et président du Cran (Conseil représentatif des associations noires), cette anthologie permet de renouveler la réflexion sur la colonisation en particulier et les rapports Nord-Sud en général.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

De l'esclavage aux réparations, les textes clés d'hier et d'aujourd'hui (Louis-Georges Tin, postface Patrick Farbiaz)

De l'esclavage aux réparations, les textes clés d'hier et d'aujourd'hui (Louis-Georges Tin, postface Patrick Farbiaz)

La traite négrière fut un crime contre l'humanité. La loi Taubira votée en 2001 le reconnaît et prévoit des réparations. Mais l'article qui en parlait fut écarté en commission des lois. Un souvenir de 1849, quand, au lendemain de l'abolition de l'esclavage, des indemnités furent votées mais au bénéfice des anciens propriétaires d'esclaves...

30 other products in the same category:

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...