La bataille d’Einaudi. Comment la mémoire du 17 octobre 1961 revint à la République (Fabrice Riceputi)

Nouveau produit

Il a fallu 30 ans pour que le massacre du 17 octobre 1961 soit enfin rendu public, et officiellement reconnu (quoique)... plus de 200 Algériens assassinés en plein coeur de Paris par la police française et un certain préfet Maurice Papon... La vérité fut un long combat, qu'on doit à un homme, Jean-Luc Einaudi...

Plus de détails

15,00 € TTC

Fiche technique

Type articleLivres

En savoir plus

Fabrice Riceputi revient pour nous sur les trois décennies du combat mené par Einaudi pour la reconnaissance politique d’un crime colonial d’État. Il s'agit là d'une véritable histoire policière ! Travail d’enquête solitaire (qui l’amènera à écrire La bataille de Paris publié en 1991), retentissant double procès Papon (Einaudi témoigne d'abord de la responsabilité de Papon, puis Papon attaque Einaudi pour diffamation !), résistance acharnée de l’appareil d’État à livrer ses secrets contenus dans les Archives, la lente et difficile apparition du 17 octobre 1961 dans les manuels scolaires…
Fabrice Riceputi  nous convie à une réflexion profonde sur l’incapacité de notre société à regarder en face son histoire coloniale, et appelle à l’acceptation pleine et entière de notre héritage, car « de la longue domination coloniale la France a en particulier hérité une représentation foncièrement raciste de son immigration maghrébine et africaine qui empoisonne toujours gravement sa vie sociale et politique plus d’un demi-siècle après la fin de l’empire. Et bien des révoltes d’aujourd’hui s’enracinent elles aussi dans le traumatisme colonial ».
230 pages ; Parution : 2 octobre 2015

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

La bataille d’Einaudi. Comment la mémoire du 17 octobre 1961 revint à la République (Fabrice Riceputi)

La bataille d’Einaudi. Comment la mémoire du 17 octobre 1961 revint à la République (Fabrice Riceputi)

Il a fallu 30 ans pour que le massacre du 17 octobre 1961 soit enfin rendu public, et officiellement reconnu (quoique)... plus de 200 Algériens assassinés en plein coeur de Paris par la police française et un certain préfet Maurice Papon... La vérité fut un long combat, qu'on doit à un homme, Jean-Luc Einaudi...

30 other products in the same category: