L'insurrection qui vient (Comité invisible) Agrandir l'image

L'insurrection qui vient (Comité invisible)

Nouveau produit

Il y a incontestablement beaucoup d'enseignements à tirer de cet extraordinaire petit livre auquel les arrestations des "ultra-épiciers de gauche" de Tarnac donnèrent une visibilité inattendue. Lisons ou relisons-le, sachons tirer partie de sa radicalité, de ses colères, de ses limites aussi, pour inspirer nos organisations, nos révoltes, nos passages à l'acte.

Plus de détails

7,00 €

Fiche technique

Type articleLivres

En savoir plus

L'incendie de novembre 2005 n'en finit plus de projeter son ombre sur toutes les consciences. Ces premiers feux de joie sont le baptême d'une décennie pleine de promesses. Le conte médiatique des banlieues-contre-la-République, s'il ne manque pas d'efficacité, manque la vérité. Des foyers ont pris jusque dans les centres-villes, qui ont été métho­diquement tus. Des rues entières de Barcelone ont brûlé en solidarité, sans que nul n'en sache rien que leurs habitants. Et il n'est même pas vrai que le pays ait depuis lors cessé de flamber. On trouve parmi les inculpés toutes sortes de profils que n'unifie guère que la haine de la société existante, et non l'appartenance de classe, de race ou de quartier. L'inédit ne réside pas dans une «révolte des banlieues» qui n'était déjà pas nouvelle en 1980, mais dans la rupture avec ses formes établies. Les assaillants n'écoutent plus personne, ni les grands frères ni l'association locale qui devrait gérer le retour à la normale. Aucun SOS Racisme ne pourra plonger ses racines cancéreuses dans cet événe­ment-là, à quoi seules la fatigue, la falsification et l'omertà médiatiques ont pu feindre de mettre un terme. Toute cette série de frappes nocturnes, d'at­taques anonymes, de destructions sans phrases a eu le mérite d'ouvrir à son maximum la béance entre la politique et le politique. Nul ne peut honnêtement nier la charge d'évidence de cet assaut qui ne formulait aucune revendication, aucun message autre que de menace ; qui n'avait que faire de la politique. Il faut être aveugle pour ne pas voir tout ce qu'il y a de purement politique dans cette négation résolue de la politique ; ou ne rien connaître aux mouvements autonomes de la jeunesse depuis trente ans. On a brûlé en enfants perdus les premiers bibelots d'une société qui ne mérite pas plus d'égards que les monuments de Paris à la fin de la Semaine sanglante, et qui le sait.
 

Les membres du Comité invisible sont les petits-enfants d'Auguste Blanqui, les enfants de Guy Debord, les parents des insurgés à venir...
N'est-il pas vrai que les questions des retraites, des jeunes, de leur violence, des immigrés, du travail se poseront toujours plus, créeront toujours plus d'amertume, de ressentiment dans la population ? Que la police est la seule issue au sein de l'ordre existant ? «L'insurrection qui vient» a le mérite d'envisager nos lendemains, et surtout de proposer les moyens d'y croire. Ce qui n'est pas rien. (Elsa Vigoureux - Le Nouvel Observateur du 26 avril 2007)

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

L'insurrection qui vient (Comité invisible)

L'insurrection qui vient (Comité invisible)

Il y a incontestablement beaucoup d'enseignements à tirer de cet extraordinaire petit livre auquel les arrestations des "ultra-épiciers de gauche" de Tarnac donnèrent une visibilité inattendue. Lisons ou relisons-le, sachons tirer partie de sa radicalité, de ses colères, de ses limites aussi, pour inspirer nos organisations, nos révoltes, nos passages à l'acte.

30 other products in the same category:

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...